Races caprines
Alpine

Mots-clés : caprin, race laitière

Chèvre Alpine fille d'ATOME A523 - Crédit : Capgènes
Chèvre Alpine fille d'ATOME A523 - Crédit : Capgènes
Sommaire de l'article

 Aptitudes et performances

La chèvre Alpine, originaire du massif Alpin, est aujourd’hui répartie dans toutes les zones d’élevage caprin de France et constitue la race la plus répandue sur le territoire : elle représente 55% des chèvres au contrôle laitier.

Cette chèvre de format moyen s’adapte à tous les systèmes d’élevages caprins laitiers, que ce soit en stabulation, au pâturage ou en zones de montagne. Elle a su rester rustique et a gardé des membres solides, aux aplombs corrects. Les animaux ont le poil ras et présentent le plus souvent une robe chamoisée (de couleur brune avec les pattes et une raie dorsale noires), mais les robes polychromes sont également présentes dans cette race.

La chèvre Alpine possède une mamelle volumineuse, avec de bonnes attaches avant et arrière, se rétractant bien après la traite grâce à une peau fine et souple. Les trayons sont bien détachés de la mamelle, parallèles entre eux et orientés vers l’avant, ce qui rend l’Alpine parfaitement adaptée à la traite mécanique.

 Sélection

Un programme de sélection rigoureux coordonné par Capgènes, en collaboration avec tous les acteurs de la filière caprine concernés, a été mis en place depuis les années 70 pour les races Alpine et Saanen réunies.

Les premiers critères retenus ont porté sur la production laitière (quantité de Matière Protéique et quantité de Matière Grasse par chèvre et par lactation, ainsi que Taux Protéique et Taux Butyreux du lait), dans le but d’améliorer la qualité et la quantité de fromage produit par chèvre. Par la suite, d’autres critères de sélection ont pu être pris en compte et complètent aujourd’hui le programme : critères morphologiques et caséine alpha S1.

Grâce aux élevages au contrôle laitier, Capgènes repère les meilleures chèvres de la base de sélection (mères à boucs) et programme des inséminations avec les meilleurs boucs disponibles. Les mâles issus de ces accouplements sont ensuite examinés et testés lors de plusieurs étapes successives (sélection en ferme, centre de production de semence, contrôle individuel, testage sur descendance). Les 30 à 40 meilleurs boucs ayant passé l’ensemble des tests avec succès sont retenus pour l’insémination animale.

Les semences de ces boucs améliorateurs peuvent alors être diffusées par les coopératives d’insémination, aussi bien au niveau national qu’international : 25 pays, essentiellement en Europe, Asie et Amérique du Sud, utilisent chaque année plus de 9 000 doses de boucs français. Ils bénéficient ainsi d’un niveau génétique inégalé et d’une sécurité sanitaire et zootechnique garantie.

 

Chiffres clés

  • LA RACE EN FRANCE
  • 450 000 chèvres
  • 1 299 élevage en contrôle laitier
  • 155 821 chèvres en contrôle laitier
  • 42 762 inséminations animales
  • FORMAT
  • Poids adulte femelle :
    de 50 à 70 kg
  • Poids adulte mâle :
    de 80 à 100 kg
  • APTITUDES
  • Production : 891 kg (en 298 jours)
  • Taux butyreux : 37,50 ‰
  • Taux protéique : 33,20 ‰

Résultats du contrôle laitier 2014, Institut de l’Elevage & France Conseil Elevage