Races bovines à viande
Aubrac

Mots-clés : bovin, race à viande, race rustique

Vache Aubrac - Crédit OS Aubrac
Vache Aubrac - Crédit OS Aubrac
Sommaire de l'article

 Aptitudes et performances

L’Aubrac a été façonnée par le territoire dont elle est issue : les plateaux de l’Aubrac, zone de moyenne montagne du sud du Massif Central, aux conditions climatiques assez rudes. La race s’est adaptée à son berceau en développant une très bonne rusticité : résistance aux écarts de température, aplombs solides pour de bonnes aptitudes à la marche...

L’Aubrac utilise de façon optimale les fourrages naturellement présents sur l’exploitation, avec une alimentation au foin pendant l’hiver puis à base d’herbe l’été, lorsqu’elle pâture sur les parcours et dans les estives à plus de 1 000 m d’altitude.

Sa rusticité se traduit également par ses très bonnes aptitudes maternelles : la quasi totalité des vêlages se déroule sans que l’éleveur n’ait besoin d’intervenir. L’Aubrac est capable de nourrir son veau parfaitement seule, grâce à son ancien passé de laitière. Même si aujourd’hui seules quelques souches laitières sont conservées, elle a donné ses lettres de noblesse au fromage AOC Laguiole.

Les veaux sont robustes et suivent leur mère en estive, avant d’être vendus en tant que broutards d’automne à 8-9 mois, broutards repoussés à 12 mois ou bourrets d’herbe à 16-17 mois. Les vaches de réforme de moins de 10 ans sont valorisées grâce au Label Rouge "Boeuf Fermier Aubrac - Race Aubrac", reposant sur un cahier des charges basé sur la valorisation de l’herbe et limité aux systèmes transhumants.

Mais les qualités d’élevages de la race Aubrac lui permettent également de produire sans problème des veaux par croisement avec des taureaux Charolais : cette option est aujourd’hui largement utilisée (40 % des vêlages sont concernés), tout en étant assez pondérée pour ne pas diminuer la valeur génétique de la population de race pure. Les meilleurs veaux femelles croisées bénéficient d’une commercialisation sous IGP "Fleur d’Aubrac".

 Sélection

Les objectifs de sélection ont été définis en prenant en compte les deux priorités de la race : à la fois garder les qualités maternelles et la rusticité des vaches (facilités de vêlage, capacités d’allaitement, longévité, valorisation fourragère, aplombs) et permettre la production de veaux bien valorisés à l’engraissement (croissance individuelle, conformation).

C’est pour atteindre ces objectifs que le programme de sélection a été doté d’outils performants : indexation annuelle des animaux en contrôle de performance, suivi biannuel chez les éleveurs par les techniciens de l’Organisme de Sélection, station d’évaluation des jeunes taureaux destinés à la vente pour diffusion du progrès génétique. Le schéma de sélection intègre également l’utilisation de génotypages d’animaux, en particulier pour la détection du gène culard et sa régulation au sein des taureaux reproducteurs.

 

Chiffres clés

  • LA RACE EN FRANCE
  • 177 535 vaches
  • 4 906 élevages
  • 66 277 vaches en contrôle de performances
  • 40 783 vaches au livre généalogique
  • 20 690 inséminations animales
  • FORMAT
  • Hauteur au garrot (femelle) ;
    de 125 à 130 cm
  • Poids adulte femelle :
    de 580 à 780 kg
  • Poids adulte mâle :
    de 900 à 1 300 kg
  • APTITUDES
  • Vêlages sans aide ou avec aide facile : 98 %
  • Poids naissance mâles :
    39,5 kg
  • Poids à 120 jours mâles :
    171 kg
  • Poids à 210 jours mâles :
    282 kg
  • Poids de carcasse taurillon :
    de 360 à 380 kg
  • Rendement carcasse :
    de 56 à 58 %

Résultats du contrôle de performances 2014, Institut de l’Elevage & France Bovins Croissance