Objectifs et organisation
L’Institut National de la Recherche Agronomique (INRA)

Mots-clés : évaluation génétique, sélection génomique

Institut National de la Recherche Agronomique
Institut National de la Recherche Agronomique - Crédit : INRA

 Des recherches finalisées au service de l’agriculture

Créé il y a 60 ans, l’Institut National de la Recherche Agronomique (INRA) est l’institut public en charge des recherches sur l’agriculture, l’alimentation et l’environnement. Implanté sur tout le territoire, il compte 9 000 collaborateurs. Il est organisé en 14départements.

Dès 1966, la Loi sur l’Elevage a confié à l’INRA les missions de gérer les bases de données zootechniques nationales, d’évaluer les reproducteurs et, plus généralement, de contribuer à la cogestion du Dispositif Génétique Français.

Ceci est à l’origine d’une philosophie profondément ancrée dans le département, basée sur la complémentarité entre analyse et gestion de la variabilité génétique, et sur le continuum entre recherche et applications en amélioration génétique.

Alors que la Loi d’Orientation Agricole a profondément réformé le dispositif génétique français en le confiant à ses principaux acteurs, l’INRA conserve la gestion de l’échelon national des systèmes d’information et l’évaluation génétique des reproducteurs.

Ce maintien d’un rôle important de l’Etat se justifie pour deux raisons :

  • il garantit l’unicité, l’objectivité et l’indépendance de l’évaluation génétique, et donc une concurrence loyale dans un système plus libéral
  • garant des intérêts de la société sur le long terme, il peut peser sur l’orientation de la sélection, l’éthique des pratiques de sélection, le maintien de la biodiversité et l’aménagement du territoire.

 Exemples de programmes conduits sur les ruminants par le Département de Génétique animale

De nombreux programmes scientifiques sont développés pour mieux comprendre le déterminisme génétique des caractères observés et développer des méthodes et outils de gestion des populations animales d’élevage.

Analyse des génomes :

  • participation aux consortiums de séquençage des génomes
  • analyse comparée des génomes de différentes espèces
  • inventaire des polymorphismes d’ADN
  • production d’outils d’analyse de l’expression des gènes (puces à ADN)

Déterminismes génétique des caractères (localisation et caractérisation des gènes QTL) par dispositifs multicaractère et programmes ciblés sur :

  • la qualité de la viande
  • l’hypertrophie musculaire
  • la composition fine du lait
  • la résistance aux mammites
  • la fertilité
  • la résistance aux strongles
  • le comportement
  • la prolificité
  • le désaisonnement
  • la résistance à la tremblante
  • la coloration de la robe
  • diverses anomalies génétiques.

Méthodes et outils de gestion des populations :

  • participation au développement et déploiement progressif des nouveaux systèmes nationaux d’information (SIG, SIEOL, OVALL, SIECL)
  • évaluation génétique des reproducteurs, pour un nombre croissant de populations et de caractères, et certifiée pour les bovins
  • projets d’évaluation génétique internationale
  • implication dans le programme national « tremblante »
  • sélection génomique des bovins laitiers
  • pilotage de l’observatoire des anomalies congénitales bovines
  • développement de méthodes limitant l’érosion de la variabilité génétique
  • participation à la Fondation pour la Recherche en Biodiversité et à la Cryobanque Nationale.
  • administration de la Cryobanque Nationale (3 700 reproducteurs de 143 races et 11 espèces animales en 2010).
 

Chiffres clés

  • 9000 collaborateurs
  • 14 départements
  • 500 collaborateurs au sein du Département Génétique Animale
  • 7 unités de recherche en génétique animale
  • 1 centre national de calcul des évaluations génétiques (CTIG),
  • 12 unités expérimentales en génétique animale
 
 
 
 
 

Document(s)

Panier documents téléchargeables directement ou à ajouter à votre panier pour téléchargement en fin de visite.