Fil d’informations
Le croisement terminal, une opportunité pour augmenter la production de viande bovine

Jeunes bovins Marché Maroc
Des jeunes bovins croisés recherchés dans les marchés – Crédit : Gènes Diffusion

Des taurillons plus lourds et mieux conformés grâce au croisement terminal avec des races à viande

Depuis 2010, le développement de la production de viande bovine est un axe important des actions concernant l’élevage du Plan Maroc Vert. La production et l’engraissement de veaux issus de croisement terminal (mâle de race bouchère x femelle de race laitière) est l’une des voies retenue pour renforcer l’offre de viande bovine sur le marché intérieur.

L’Association Nationale des Producteurs de Viande Rouge et les autres associations d’éleveurs du Royaume se sont mobilisées avec succès pour déployer largement l’utilisation de l’IA avec des taureaux de races à viande. Les races françaises (Charolaise, Limousine, Blonde d’Aquitaine, INRA95 et Gasconne) y tiennent une place prépondérante.

Dans ce cadre, l’Institut de l’Elevage assure depuis 2012 une assistance technique à l’ANPVR pour l’analyse des résultats de ces croisements terminaux et l’élaboration de références technico-économiques sur leur conduite. Les premiers résultats des performances mesurées en fermes et en abattoirs attestent d’un gain de production de 40 à 70 kg de viande par rapport à des taurillons de type laitier.

Cette action, menée grâce à des cofinancements de France Génétique Elevage et de FranceAgriMer, permet d’autre part à nos opérateurs d’obtenir des données technico-économiques concrètes pour compléter leurs argumentaires sur la qualité de l’offre française, au Maroc mais aussi dans d’autres pays du bassin méditerranéen.

Action cofinancée par FranceAgriMer et France Génétique Elevage.

 

Document(s)

Panier documents téléchargeables directement ou à ajouter à votre panier pour téléchargement en fin de visite.

 
 

Ailleurs sur le web