Races bovines à viande
Parthenaise

Mots-clés : bovin, race à viande, race bouchère spécialisée

Vache Parthenaise au pâturage - Crédit : OS Parthenaise
Vache Parthenaise au pâturage - Crédit : OS Parthenaise
Sommaire de l'article

 Aptitudes et performances

La Parthenaise, à l’origine utilisée pour ses qualités laitières et la production de bœufs de travail dans la région poitevine, a vu ses effectifs chuter au XXème siècle en raison de la concurrence de races laitières spécialisées et de l’abandon de la traction animale.

A partir des années 70-80, les éleveurs ont décidé de réorienter la race sur ses aptitudes bouchères, spécialisant ainsi la Parthenaise dans la production de viande. Cette reconversion a permis à la race de tripler ses effectifs en l’espace de 10 ans. Un Label Rouge « La Parthenaise » a été obtenu en 2006 : les animaux valorisés par ce label doivent être engraissés lentement, avec une durée de finition d’au moins 6 mois pour garantir une viande fine et peu grasse.

La Parthenaise convient pour la production de taurillons abattus entre 10 et 12 mois ainsi qu’autour de 14 à 16 mois, mais elle est particulièrement appréciée pour la production de jeunes vaches de boucherie âgées de 4 à 6 ans, engraissées après 2 ou 3 vêlages. Cette production de viande de haute qualité est distribuée essentiellement en boucherie spécialisée et trouve également de beaux débouchés chez les restaurateurs « haut de gamme ».

Ses qualités lui ont également permis de s’exporter depuis quelques années : elle est présente bien en Europe (Grande-Bretagne, Irlande, Belgique, Pays-Bas, Suisse) que sur les autres continents (Canada, Etats-Unis, Mexique, Australie, Nouvelle-Zélande).

 Sélection

Le programme de sélection de la Parthenaise, coordonné par l’O.S. Parthenaise, a pour objectif d’améliorer les aptitudes bouchères de la race tout en préservant les qualités maternelles, fonctionnelles et la variabilité génétique.

Les critères prioritaires sont le développement musculaire et la croissance (pour une meilleure valorisation bouchère des animaux), et l’aptitude à l’allaitement des mères (pour améliorer la croissance des veaux). Le programme vise ainsi à obtenir des animaux mâles et femelles de plus de 400 kg carcasse, classés U, E avec peu de gras, tout en gardant des facilités d’élevage correctes.

Chaque année, les 100 meilleurs mâles sélectionnés dans les 230 élevages de la base de sélection sont évalués en station. L’évaluation sur descendance concerne ensuite 4 à 5 taureaux par an, ce qui aboutit à la diffusion de 10 à 15 taureaux améliorateurs par an pour l’Insémination Animale.

 

Chiffres clés

  • LA RACE EN FRANCE
  • 44 124 vaches
  • 1 047 élevages
  • 22 368 vaches en contrôle de performances
  • 11 311 vaches au livre généalogique
  • 20 365 inséminations animales
  • FORMAT
  • Hauteur au garrot (femelle) :
    de 130 à 135 cm
  • Poids adulte femelle :
    de 700 à 1 000 kg
  • Poids adulte mâle :
    de 950 à 1 400 kg
  • APTITUDES
  • Vêlages sans aide ou avec aide facile : 91 %
  • Poids naissance mâles :
    45,5 kg
  • Poids à 120 jours mâles :
    162 kg
  • Poids à 210 jours mâles :
    274 kg
  • Poids de carcasse taurillon :
    de 380 à 420 kg
  • Rendement carcasse :
    de 61 à 63 %

Résultats du contrôle de performances 2014, Institut de l’Elevage & France Bovins Croissance

 
 
 
 

Document(s)

Panier documents téléchargeables directement ou à ajouter à votre panier pour téléchargement en fin de visite.